Affiche-POURRAT-ET-LE-VERNET

Petite je l'ai côtoyée, j'avais 10 ans quand il est parti pour l'autre rive un 16 juillet 1959, mais à cette époque ça ne m'a pas marquée. Pour moi c'était un papé qui s'en allait, il avait fait son temps et il partait rejoindre les étoiles, une étoile de plus dans le ciel auvergnat. Mais quelle étoile, une grande étoile peut-être celle qui nous regarde tous les soirs et qu'on admire.

C'est beaucoup plus tard que j'ai lu ses livres, notamment Gaspard des Montagnes, et que j'ai fait le chemin x fois pour m'en imprégner, retrouver mon Auvergne. Tous les chemins à travers la forêt, les clairières, les villages ont pour moi, un parfum d'enfance.

Des moments de bonheur, de joie, une odeur réveille un souvenir, une bonne récolte de champignons me rappelle autrefois quand le tonton partait avec sa musette et son bâton dans les bois cueillir la chanterelle, le cèpes et autres espèces pour nous régaler.

Déjà d'Auzelles à Ambert, on suit la route de Gaspard, une jolie route de campagne qui traverse le beau village de Saint Amant Roche Savine, un village haut perché et rigoureux l'hiver, mais un village de montagne magnifique.

Les Boissyeres à la sortie d'Ambert qui abrite un dolmen, ma Miss petite voulait toujours qu'on si arrête. Faut dire que son grand père lui racontait des histoires au sujet des dolmens et elle badait comme on dit chez nous.

Henri Pourrat est né dans la belle ville d'Ambert, il est mort également dans la ville d'Ambert, il a vécu un temps au Vernet-la- Varenne.

La route de Gaspard des Montagnes combien de fois nous l'avons et l'empruntons toujours quand nous sillonnons les petites routes aux alentours d'Auzelles. Le Vernet-la-Varenne son plan d'eau bien agréable l'été et qui attire une foule de touristes. Mes filles petites adoraient y aller se baigner, gouter avec une gaufre à la confiture de myrtilles.

Ambert petite ville auvergnate mais qui a vu pas mal de célébrités naitre dans ses murs ou venir y vivre. Henri Pourrat, on ne vous le présente plus.

Un petit résumé de l'histoire de Gaspard des Montagnes oeuvre d'Henri Pourrat

En 1808, dans la région d'Ambert et des monts du Livradois en Auvergne, Anne-Marie Grange, jeune fille innocente, est seule chez elle. Un voleur fait intrusion dans sa demeure à la recherche du plan de la cachette d’un trésor caché dans les montagnes par son oncle Jérôme qui a fait fortune en Guadeloupe. Anne-Marie poignarde la main de l’inconnu qui jure de se venger. Alors que Gaspard, son cousin et meilleur ami, est parti, engagé avec ses amis dans les longues campagnes de l'Empire, apparait un nommé Robert qui fera mine de sauver un jour Anne-Marie d’un guet-apens et obtiendra sa main de son père reconnaissant. Une fois qu’ils sont mariés et que le père Grange est parti pour la Guadeloupe, Robert révèle qu’il n’est autre que l’intrus autrefois mutilé par Anne-Marie et dont il se vengera en enlevant leur enfant au berceau. Au bout de sept ans, son geôlier laisse enfin partir l’enfant du souterrain où il a été enfermé. L’enfant trouvera refuge auprès du père Grabier, puis dans un ermitage, avant d’être retrouvé par Gaspard, revenu de l’armée après 1814. Bien qu'Anne-Marie continue d’espérer que Robert changera, ses sentiments pour Gaspard finissent par se réveiller. Robert sera tué par son beau-père, non sans avoir tenté auparavant de tuer son fils et sa femme. Aucun obstacle ne séparera plus désormais Anne-Marie et Gaspard.

Alexandre qui posa ses valises à Ambert, le grand ami des frères Pourrat.

Alexandre Vialatte est fils d'officier et naît en 1901. Il a un frère aîné, Pierre, et une sœur, Madeleine. De souche auvergnate, la famille a son attache à Ambert mais déménage dans différentes villes au fil des changements de garnison du père : Toulouse, Brive, et enfin retour à Ambert en 1915, après sa démobilisation pour raison de santé. D'abord un enfant rêveur et imaginatif, le jeune Alexandre aime le dessin, la calligraphie, la poésie, mais aussi l'exercice, les sports, la nage et l'équitation. Quand se révèle son aptitude aux mathématiques, il se destine à une carrière militaire et prépare l’École navale. En 1913, il noue une amitié avec les frères Paul et Henri Pourrat. L'amitié avec le premier est interrompue par sa mort en 1923, et se reporte sur le second qui, aîné de 14 ans et déjà écrivain, deviendra pour Vialatte une figure de référence et un mentor en littérature. Les années de jeunesse se passent dans leur Auvergne, cadre de fréquentes randonnées pédestres dans les monts du Livradois et de Forez. Jusqu’à la mort d’Henri, leur amitié donnera lieu à une abondante correspondance.

ainsi que

Alexis Emmanuel Chabrier, né à Ambert le 18 janvier 1841 et mort à Paris le 13 septembre 1894, est un compositeur romantique français. Bien que principalement connu pour deux de ses œuvres orchestrales, España et Joyeuse Marche, il composa de nombreux opéras, pièces pour piano et chansons. Ses créations, de grande qualité, étaient admirées de nombreux compositeurs, comme Debussy, Ravel, Satie, Richard Strauss, ou encore Stravinsky.

Chabrier était ami avec beaucoup d'écrivains et de peintres de son temps, comme Claude Monet, Édouard Manet, Émile Zola ou encore Alphonse Daudet, avec qui il entretenait une grande amitié. Admirateur des peintres impressionnistes, il acheta de nombreuses toiles, dont certaines sont aujourd'hui exposées dans les plus grands musées du monde.

Le vénérable père François Gaschon né à Auzelles au lieu dit "La Molette"

 Les années de jeunesse (1732-1756).

Au cœur de la France méridionale, l’Auvergne fait alterner plaines fertiles, collines de pacages et de bois, et sommets aux sombres forêts de résineux. C’est là, au bord de la vallée du Miodet, que le bourg d’Auzelles se dresse fièrement, serré autour de sa belle église gothique fortifiée au cours des Guerres de religion. C’est au village de La Molette, quelques maisons serrées au flanc de la colline à quelques centaines de mètres plus à l’ouest, qu’est né François Gaschon.